Témoignages

Témoignages Evivo

Suite aux cours « Evivo – Vivre avec une maladie chronique »
Phrases extraites de témoignages de participants aux cours


L’expérience que j’en ai retiré fut très positive pour moi :

1) de ne pas me sentir toute seule avec ma maladie
2) d’apprendre à me détendre
3) de me fixer des buts qui me permettent de mieux gérer ma maladie
4) d’avoir eu l’occasion de connaître d’autres personnes
5) d’être entièrement satisfaite des deux animatrices qui m’ont permis de prendre conscience des points abordés).


« Cours très bien mené, bon groupe, discussions intéressantes et décontractées, appris certaines choses dont les directives anticipées et vraiment de changer les points négatifs en points positifs… »


« …inscrite un peu par curiosité et par besoin de retrouver une souffle nouveau pour continuer avec ma maladie…arrivée là sans connaître personne, je me retrouve aujourd’hui avec des connaissances qui partagent une partie de ma croix…Le respect. En un seul mot voilà en résumé ce que ce cours m’a apporté. Le respect de ma maladie, car si je la traite par le mépris, je me méprise, alors que si je la respecte, si je respecte ses exigences, je me respecte. Du coup la vie est plus légère. Alors de tout cœur Merci. »

Antoinette – 58 ans

Diagnostiquée en 1981
Il y a plus de 30 ans, je suis entrée à l’hôpital enceinte de jumeaux. Un mois après j’en ressortais sans jumeaux mais avec un diabète décelé trop tard. Grâce au soutien des miens, j’ai pu, petit à petit, remonter la pente et même mener à terme une nouvelle grossesse. Suivie par le Dr Curchod et son équipe, j’ai appris à ne pas avoir peur de mon diabète. Je l’ai pris « à bras le corps », ayant vite réalisé que je n’avais pas le choix. J’ai accepté cet état (non cette maladie) et vis avec en bonne entente tout en étant consciente des problèmes que cet état peut engendrer : maladies, infections et régime. Etant dans l’enseignement, il m’arrive de plus en plus souvent d’avoir des élèves diabétiques qui sont étonnés de s’apercevoir que ce n’est pas écrit sur mon front et que je vis comme tout le monde.
Mai 2014

Michel

Un témoignage de patient atteint d’un diabète de type 2 depuis 20 ans. Il raconte, entre autre, les complications qui l’ont mené à l’amputation d’un orteil.

Ecouter le témoignage audio
F
évrier 2016

Estelle – 68 ans – type 2

Diagnostiquée en 2005
Ce fut un nouveau compagnon de voyage avec lequel je suis en contact journalier et qui ne m’autorise aucun débordement sous peine d’être sanctionné dans ma santé.
Avril 2014

Elisabeth – 65 ans – type 2

Diagnostiquée en 2007
Après les quelques mois d’adaptation, d’espoir de se débarrasser du « mal » vain, ce dernier, je me suis habituée et fais mes injections sans aucun problème, un geste quotidien de plus. Tout mon entourage est au courant et respecte, tant que faire se peut, mes contraintes alimentaires.
Avril 2014

Michel – 60 ans – type 2

Diagnostiqué en 1987
Diabétique depuis 27 ans avec un régime assez strict et suivi médicalement avec efficacité, je vis tout à fait normalement et ne me sens pas être un handicapé de la vie. Il faut toujours rester positif et profiter des moments et des plaisirs que nous offre la vie au quotidien…
Avril 2014

Josette-69 ans-type 2

Diagnostiquée en 2008

  • Mieux vous comprendrez la fonction de votre pancréas
  • Mieux vous saurez vous comporter (cours diététique)
  • Plus vous serez rassuré
  • Vous pourrez vivre avec un handicap et le gérer
  • Vous vivrez bien et vous éviterez les complications
  • Ne vous comportez pas en victime mais en GAGNANTE
    Riex, mai 2014

Jean-Daniel – 69 ans – type 2

Diagnostiqué en 1997
C’est avec surprise que j’ai découvert que j’étais diabétique et ce par mon médecin généraliste. Tous les diabétologues étant surchargés, il m’a envoyé à la polyclinique. On m’a proposé de faire partie d’un protocole. A côté de la théorie nous faisions de la gym douce. J’ai appris l’importance de bouger tous les jours. Sans régime particulier mais avec une discipline de fer, j’ai perdu 25 kilos en 2 ans et j’ai pu éliminer tout médicament. Avec l’âge j’ai dû reprendre des médicaments.
La Croix, mai 2014

Tania- 42 ans – type 1

diagnostiquée en 1999
Emission « ensemble » sur la RTS : Ecouter le témoignage audio
Juillet 2013

Pascal Bernheim – 55 ans – type 1

diagnostiqué en 1968
« J’ai appris quand j’étais jeune qu’il y avait quatre piliers importants pour gérer son diabète, le régime, l’insuline, le sport et le fait de vivre en harmonie avec sa maladie – et ça, c’est pas que pour le diabète : toutes les personnes qui ont une maladie chronique doivent apprendre à vivre avec. Et quand on y arrive, c’est une chance en plus. »
Ecouter le témoignage audio
Mai 2014

Jacques – Corseaux – 80 ans – type 2

Diagnostiqué en 1985
Mon diabète de type 2 a été découvert par hasard lors d’un contrôle de routine voici environ 30 ans (j’en ai 80). Pendant longtemps, j’ai pu contrôler ma glycémie simplement en surveillant ma nourriture. Au bout de quelques années, il a fallu passer à des médicaments (Metfin). Tous les 3 mois je vais chez mon médecin généraliste pour un contrôle et chez un oculiste une fois par année. Pour le moment, aucun dommage n’a été constaté, et ma glycémie se maintient entre 5 et 6, soit une valeur normal.
Juillet 2014

 

Denise – Lausanne – 63 ans – type 2

diagnostiquée en 2012
J’ai appris il y aura bientôt deux ans, suite à une pneumonie et une dose élevée de cortisone, que j’étais diabétique. Sur le moment j’ai fait « gloups », j’ai pleuré puis je me suis calmée, et j’ai alors cherché les renseignements nécessaires pour combattre cette maladie. Après avoir testé deux médicaments et m’être retrouvée parterre à vomir, j’ai tout stoppé et me suis informée un max comment faire pour aller de l’avant sans médicament. J’ai alors adopté une discipline de fer avec mon alimentation et cela va faire maintenant plusieurs mois que je gère très bien mon diabète. Pas besoin de médicament et j’espère que cela va continuer comme ça encore longtemps. Certes ce n’est pas tous les jours facile de devoir résister à certaines tentations sucrées mais on fini par s’y faire. La difficulté pour moi est que je suis allergique à beaucoup d’aliments et je dois donc redoubler d’efforts et jongler entre le diabète et les allergies. Ces derniers mois je suis en dessous de 6 et je suis très contente.
Juillet 2014

Madeleine – Lausanne – 67 ans

  • On peut vivre comme avant tout en ayant conscience de ce que l’on a
  • Cette maladie ne doit pas nous dicter notre quotidien ou nous empêcher d’entreprendre des choses à cause du diabète
  • Quant à s’offrir ou se refuser une friandise, on navigue souvent entre culpabilité ou frustration. C’est normal …
  • Le diabète ? Un compagnon de tous les jours
  • Bon gré, mal gré, il faut l’accepter

Août 2014

Geneviève – Cugy – 60 ans

Quelle chance d’avoir de l’insuline pour nous sauver (1920-1930)Même si ce n’est pas facile tous les jours…
Septembre 2014

Nicolas – Yverdon – 46 ans

Des passages difficiles et d’autres plus faciles. l’AVD ainsi que certaines pages facebook créent un grand réseau de soutien !

Mary-Lise – Renens – 65 ans

Très sournois le « Diabète », on ne le sent pas, pas de douleurs.
Par contre,  quand il est découvert…discipline. Il faut surtout bouger et concernant l’alimentation nous pouvons quand même manger de tout mais contrôler les quantités.
Merci à l’AVD pour son soutien.
Septembre 2014

Stéphane – Vevey – 41 ans

J’ai appris que j’étais diabétique il y a un an. Cela me crée bien des difficultés. Je prends de la metformine plus un autre médicament et je m’habitue jour après jour.
Novembre 2014